Toujours engagés – pour des conditions-cadre optimales Home Politique

TAGS: AdBlue, Emissions, Normes EURO, Contrôle aux frontières

PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT, 20.04.2017 | AUTOR: André Kirchhofer

Mesures communes contre les manipulations du dispositif AdBlue

La mise au jour de manipulations du dispositif AdBlue sur les poids lourds est un objectif commun de l'ASTAG, des offices fédéraux des routes (OFROU) et de l’environnement (OFEV), des autorités de contrôles du trafic lourd (police et douane) et de l’association des importateurs suisses d’automobiles (auto-suisse). Tous ont affirmé cette volonté lors d’un échange d’informations au centre de compétence pour le trafic lourd d’Erstfeld. Leur but est de déceler plus facilement et plus rapidement lors des contrôles de véhicules utilitaires lourds (camions et bus) l’installation illégale de modules de commande qui bloquent les messages d’erreur indiquant que le dispositif anti-pollution est inopérant.

Les camions et les bus modernes équipés de moteur diesel répondant à l’actuelle norme Euro VI disposent d’un système de post-traitement des gaz d’échappement par injection d’AdBlue. Composé d’urée (pour un tiers) et d’eau déminéralisée, ce liquide convertit environ 90 % des oxydes d’azote nocifs contenus dans les gaz d’échappement en eau et en azote. Les stations-services sont de plus en plus nombreuses à proposer l’approvisionnement en AdBlue au moyen d’une pompe spéciale. Cet additif n’occasionne aux transporteurs que des coûts minimes (environ 1,50 francs aux 100 km). Pourtant, il a été constaté tout récemment lors de contrôles de poids lourds que certaines entreprises de logistique étrangères manipulent les unités de commande de leurs véhicules afin de ne pas devoir s’approvisionner en AdBlue. Il en résulte une pollution environnementale plus élevée lorsque ces derniers circulent en Suisse, puisque les gaz d’échappement qu’ils émettent ne sont pas traités.

Afin de pouvoir mieux lutter contre les manipulations du dispositif AdBlue, les représentants des offices fédéraux des routes (OFROU) et de l’environnement (OFEV), des autorités de contrôles du trafic lourd, de l’ASTAG et des membres d’auto-suisse importateurs de véhicules utilitaires ont partagé aujourd’hui leurs informations les plus récentes. Leur objectif commun est de pouvoir faciliter et accélérer la procédure de détection d’une manipulation. À cette fin, les organes de contrôle et les importateurs de véhicules ont échangé de précieuses informations techniques permettant de localiser les dispositifs manipulés sur l’ordinateur de bord. Cela permettra d’accélérer les recherches lors d’un contrôle général, sachant que celui-ci doit être effectué en un temps limité.

La manipulation du système de purification des gaz d’échappement par l’AdBlue est préoccupante non seulement pour des raisons liées à la protection de l’environnement et de la santé, mais aussi parce qu’elle nuit aux entreprises de transport suisses qui se conforment aux prescriptions. La rude bataille des prix à laquelle se livrent déjà les transporteurs s‘en trouve encore envenimée au profit des entreprises étrangères. Tous les participants à la rencontre d’aujourd’hui ont convenu de collaborer étroitement à l’avenir dans la lutte contre les manipulations du dispositif AdBlue.

Jusqu’ici, plusieurs centaines de camions ont été contrôlés dans toute la Suisse. Une centaine d’entre eux étaient manipulés et ont dû être remis en état sur place. Tous provenaient de l’étranger (principalement d’Europe de l’Est et d’Italie).


Autres informations

Dr. André Kirchhofer

Vice-directeur
Téléphone +41 31 370 85 21 | Mail


En accord avec le thème