Toujours engagés – pour des conditions-cadre optimales Home Politique Infrastructure

TAGS: OFROU, Routes nationales, Coûts de transport

INFRASTRUCTURE, 22.06.2017 | AUTOR: André Kirchhofer

Chiffres sur les embouteillages pour 2016: Plus d’excuses pour les aménagements routiers!

A savoir que la statistique sur les embouteillages la plus récente de la Confédération affiche de tristes chiffres records est un signal d’alarme manifeste. L’association suisse des transports routiers ASTAG demande des mesures immédiates. A la suite du OUI explicite au fonds routier FORTA, des aménagements substantiels sont nécessaires dans toutes les régions du pays. La gestion du trafic ne suffit pas en soi.

Les heures d’embouteillages sur le réseau de routes suisse augmentent malheureusement depuis des années. Les chiffres records les plus récents pour 2016, que la Confédération a communiqué aujourd‘hui, sont donc alarmants. Toutefois moins surprenants pour l’association suisse des transports routiers ASTAG. Le mécontentement et l’inquiétude se font grandissants face au risque d’une totale asphyxie du trafic. Aujourd’hui déjà, la problématique des embouteillages croissants sur l’ensemble du réseau mène aux accidents, au stress, aux retards et à des coûts économiques considérables à hauteur de milliards. De même que l’environnement souffre inutilement en raison des émissions polluantes supérieures du trafic stop-and-go. Depuis longtemps déjà, l’industrie du transport accuse des pertes de productivité qui ne peuvent être compensées par des optimisations dans les entreprises concernées. En résulte une augmentation constante des coûts au détriment de l’économie et la population. «Les embouteillages sont le killer no 1 de la mobilité et de l’efficience», constate le président central de l’ASTAG, Adrian Amstutz: «Quiconque répond honnêtement et équitablement au bien-être de notre pays ne peut avoir intérêt à perpétuer cet état de désolation!»


La raison principale de cette misère, qui désormais engendre 24‘006 heures d’embouteillages par an, repose sur la stratégie dilatoire adoptée par un Etat endetté pendant des décennies. Le OUI manifeste du vote aux urnes prononcé le 12 février 2017 pour le Fond pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA) y met enfin un terme. L’ASTAG demande une fois de plus concrètement les aménagements urgemment nécessaires pour aller résolument de l’avant avec la suppression des embouteillages et l’augmentation de la capacité. Les projets doivent être pris à bras le corps sans plus attendre dans toutes les régions du pays. Il est réjouissant de constater que la problématique est reconnue au sein de l’Office fédéral des routes (OFROU), compétent en la matière, comme le démontrent diverses mesures (places de stationnement pour les poids lourds, réaffectation des bandes d’arrêt d’urgence). Néanmoins, ladite gestion du trafic ne peut que venir en aide à court terme au maximum. «A long terme, nous ne devons pas jeter de la poudre aux yeux aux automobilistes et à l’industrie du transport», dit Adrian Amstutz, «En lieu et place, des aménagements appropriés menés rapidement à bien sont nécessaires!»


Autres informations

Dr. André Kirchhofer

Vice-directeur
Téléphone +41 31 370 85 21 | Mail


En accord avec le thème